Que penser de l’anesthésie

Posté le 15 février 2010

Vers les années 1985, le Dr Jeff Klein, dermatologue californien, a découvert la tumescence, c’est-à-dire une façon de geler la graisse pour qu’on puisse la sculpter sans avoir besoin d’endormir le patient.

D’une chirurgie lourde nécessitant une anesthésie générale (un coma artificiel) et souvent une transfusion sanguine, la liposuccion devient une intervention beaucoup moins risquée et peu invasive puisqu’il s’agit de geler la graisse et de la sculpter.

Tous les dermatologues américains qui, d’après les statistiques, font 33 % des liposuccions dans ce pays ont adopté cette nouvelle façon de faire, laquelle a 25 ans maintenant et affiche des statistiques de complications réduites au minimum.

Malheureusement, les chirurgiens américains, dont nous avons également les statistiques, ont continué à endormir leurs patients pour les liposculpter, le tout avec des statistiques de complications extrêmement moins intéressantes. D’après le Dr Klein, l’inventeur de la tumescence, l’anesthésie générale est de 1000 à 10 000 fois plus dangereuse que l’anesthésie locale. Il faut donc l’éviter chaque fois qu’une intervention peut se faire sous anesthésie locale.

Somme toute, avec de l’expérience, la procédure devient extrêmement simple. On gèle la graisse et on la sculpte. Le patient se lève et rentre chez lui une demi-heure après l’intervention. Il peut retourner au travail quelques jours après, même le surlendemain, s’il s’agit d’une simple culotte de cheval.

Dr André Dupuy